"Israël 07-Germany 37" (tag sur le mur de séparaion)

Publié le par Eve

Me revoilà enfin !!

Comme je l’ai déjà évoqué et qu’on me le réclame (n’est-ce pas Laëtitia !!!), je vais vous parler de la venue de ce cher président américain. Ça a foutu un joli bordel. Je n’ai pas testé le bordel côté israélien car je sortais de nuit et que mon visa avait expiré, ce qui me rendait illégale !! Mais le matin de la venue de Bush, Bethléem a été semblable à une ville morte. Personne dans les rues, les voitures qui ne circulent pas sur les grands axes bouclés pour l’occasion, check-point fermé. Bref, mes collègues sont arrivés en retard le matin, mais grâce à la voiture de l’hôpital qui est allé les chercher, ils ont pu atteindre l’hôpital. Petite situation géographique : l’hôpital est à l’angle d’un grand carrefour qui mène à la tombe de Rachel et au check point, donc on a le droit à tout. Ce fut déjà le cas pour les différents noëls. Sinon ce cher Bush, il a quand même fini par venir… le soir pour 20 minutes à la Nativité… Et qui paye la journée que les palestiniens travaillant en Israël n’ont pas faite ??? Je ne me suis pas renseignée sur la question, mais sont-ils payés quand un américain les empêche de travailler ??? Et tout ça pour dire qu’avant 2008, il y aura un accord de paix entre Israël et la Palestine. Et sinon, il dit quoi sur les colonies autour de Bethléem. Non, parce que chez lui, son pote Ehud Olmert, il avait dit qu’il stopperait l’extension de colonies, mais à en voir les bâtiments en cours de construction sur les colonies de Gilo et d’Har Homar, on ne doit pas avoir la même définition du verbe « stopper »… Et Jojo, il en dit quoi ??? Hein, je n’ai pas entendu, il peut répéter ???

Pour continuer de parler de la situation, direction Gaza. Suite à des tirs de roquette palestiniens, Israël a bloqué l’acheminement de nombreuses denrées et notamment du carburant. Alors comme ça on se dit tant pis les palestiniens vont se mettre à la marche à pied. Mais, il faut penser aussi aux centrales électriques qui utilisent du fioul. L’une d’entre elle a dû fermer. Ce qui a plongé Gaza dans le noir et obligé les palestiniens à vivre à la lueur des bougies et des phares de voitures. Mais imaginez, un hôpital sans électricité… les groupes électrogènes vont fonctionner jusqu’à quand ? Et que se passera-t-il après ??

L’ONU est troublée dans son action et a du mal à faire parvenir la nourriture qu’elle livre. On pouvait voir à la télévision, les files d’attente devant les boulangeries où les palestiniens arrivaient très tôt dans l’espoir d’avoir quelques choses avant que les rayons se vident. On aurait cru une image de la 2nde guerre mondiale, avec les tickets de rationnement. Mais non, nous sommes en 2008… Et la communauté internationale dans tout ça !! Oh ben elle s’indigne !! Et qu’est ce que son indignation fait changer ? C’est ça sa solution ??? Bravo, quelle efficacité !! Moi aussi je m’indigne que tant de personnes avec pleins de pouvoir ne puissent (ne veulent ??) rien faire… Mais là ça se comprend, ça ne change rien, mais je ne suis qu’une petite lilloise perdue en Palestine !

         Un nouveau tag est visible depuis quelque temps sur le mur. Il est écrit : « Ich bine in berliner ». Depuis quelques jours, les palestiniens de Gaza, à bout de nerf du blocus, on fait explosé un partie du mur afin de se ravitailler en Egypte. D’autres en ont profité pour revoir de la famille qu’ils n’avaient pas vu depuis des années, ou encore aller dans les universités étrangères où ils avaient obtenus des bourses d’études, mais ne les avait pas encore rejointes car bloquer à Gaza. L’Egypte et Israël, pour l’instant, ferment les yeux. Ça laisse un peu de répits à ces prisonniers. Si ça pouvait faire bouger les choses… 
         J’ai pu vivre un tout peu de la vie d’un palestinien. Pendant, plus d’une semaine, je me suis retrouvée en situation illégale, sans passeport et le visa expiré. J’étais donc contrainte de restée à Bethléem, puisque même au sein de la Palestine il y a de nombreux check-point, c’est bien pour ça que ce sont « les territoires palestiniens OCCUPES » !!!! Bien sûr, c’est toujours dans ce moment là, qu’on doit ou qu’on veut faire pleins de choses !!! Relativisons, bien sur, j’étais sans visa certes, et sans passeport. Mais ce dernier était dans les mains de ceux qui ont régularisé ma situation en m’obtenant un visa d’un an. Je peux aller me la péter au check point maintenant !!!

 

         Sinon, côté boulot, la vie persiste en Palestine. Beaucoup d’accouchements, et beaucoup d’admission en service de réanimation néonatale. Des grands prématurés à la simple admission pour photothérapie, ça défile !!! Le 1er grand prématuré que j’ai eu est parti. Il a été admis quasiment quand je suis arrivée, 780g à 26 semaines. Et ben grâce à nos (bons ?!!) soins il est rentré à la maison en ayant passé la barre de 2kg500 !! Depuis d’autres petites plumes sont venues nous tenir compagnie : 750gr, 800gr. Le record date d’aujourd’hui : 580gr, même pas grand prématuré (31 semaines) mais avec un gros retard de croissance. Nouvelle mission, pourvu qu’elle finisse aussi bien que pour mon 1er préma !! Autant dire que c’est la grande découverte pour moi. Elles sont où les couches pour adulte et les dentiers dans le verre à dent ?? Mais, je deviens une pro des poses de cathéter veineux et prises de sang en tout genre. C’était pas gagné pourtant car quand devant une veine comme un cheveu, on vous dit que celle la elle est belle et que tu ne peux pas la rater, tu te demandes ou tu as atterris !!!

Il y a aussi les histoires qui finissent mal. J’ai vécu mon 1er décès. Une petite dont on s’occupait depuis plus d’un mois avec de graves troubles neurologiques. Elle s’est accrochée comme une folle, il n’y a pas eu une semaine où on pas dit, c’est pour bientôt. Mais nos prédictions n’ont pas entaché sa volonté de se battre… j’ai eu la chance, durant mes études, de n’être confronté à aucun décès. J’aurai aimé m’en passer, surtout avec un enfant… il n’y a rien à dire dans ces cas là mais face au père qui vient chercher le petit corps de sa fille que j’ai dû emballer, on se sent désarmé quand on ne parle pas la même langue. Heureusement que les yeux ont une langue universelle. En débarrassant ses affaires, j’ai fait une étrange découverte qui m’a troublé. Cette petite avait un prénom. Ici, les enfants que l’on a n’ont pas de prénoms, on utilise le nom de leur maman (Baby of….). Pour ceux qui restent longtemps, ils finissent par avoir un prénom, quand les parents nous le disent (ce n’est pas toujours le cas), il est souvent trop tard, on est habitué a les appelé avec le prénom de leur maman. Ce fut le cas pour cette petite, et pourtant elle avait un joli prénom…

 

         Nous avons eu le 2nd départ de la Caritas. Après Dominika qui a changé de lieu de volontariat, Raffaëla est rentrée dans son Italie, presque natale !! Elle a partagé un mois de vie avec nous pour effectuer un volontariat à la crèche. Parlant un français excellent (sisi, raffaëla, ton français est excellent !!), nous avons pu partager beaucoup de choses, des films français aux discussions philosophiques en passant par les énormes fous rires et même les prières, et oui vous ne rêvez pas !! Et en plus un dimanche matin à 9h15 en sortant de nuit !!!!!! J’ai eu la chance d’être la à sa découverte de Jérusalem, et j’ai vite compris que cette ville était importante pour elle, se fut un honneur d’être un de ses guides !!! Merci pour tout Raffaëla. Ton cadeau, nous accueille quand on rentre à la maison, nous avons trouvé de la ficelle !!! J’espère que tu portes fièrement le tee-shirt !!! Lol !

         Quelques jours après, nous avons accueilli notre nouvelle colocataire et collègue. Emilia vivra à mes côtés pour les 2 ans de notre coopération. Elle est sage femme et vient via la même organisation que moi (DCC) pour 2 ans. Ahlan wa Sahlan !! (Bienvenue)

Ciao à la prochaine!!!!

Publié dans Situation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article